«

»

Croyances : y croire ou non

Les croyances est un sujet qui est pas mal à la mode par les temps qui courent.  Je vais tenter d’apporter un peu d’originalité dans cet article sur un blog qui voit à peine le jour, question de vous donner le goût de revenir!

 

Cet article participe à la Croisée des blogs du site Développement personnel.org  organisée ce mois-ci par la charmante et joviale Patricia Letang du blog Attention bonheur possible.  Je vous suggère de croire au bonheur, parce que le bonheur c’est réellement possible! Ça c’est une excellente croyance, croyez-moi!

 

Ce qui me surprend le plus au sujet des croyances c’est qu’il suffit d’arriver à croire le contraire pour se défaire d’une croyance, ou du moins pour avoir la possibilité de s’en défaire ou de l’atténuer grandement.  Ce n’est quand  même pas toujours évident.

 

Une petite d’histoire de croyance et d’égo

 

J’ai suivi quelques ateliers avec un formateur hors pair, Alexandre, qui est assez jeune pour l’expérience qu’il a, mais néanmoins très compétent.  Alexandre connaît et maîtrise de nombreuses techniques pour aider les gens à changer leur vie et il a obtenu d’excellents résultats auprès de ses clients lorsqu’il faisait de la consultation privée. Maintenant, il se consacre à la recherche et aux ateliers de groupe.

 

Et Alexandre nous a dit quelque chose de très intéressant au sujet de l’égo.  Je vous résume ma compréhension des propos d’Alexandre durant un atelier qui ne portait ni sur les croyances ni sur l’égo.  Je résume.  Je ne le cite pas.

 

Selon lui, l’égo n’existe pas.  À un moment de sa vie, au fur et à mesure qu’il suivait ses formations avec les meilleurs formateurs en vue d’acquérir des compétences, en fait directement avec les créateurs mêmes des techniques qu’il étudiait (car vaut mieux aller à la source quand on en a la chance et qu’on peut payer le prix), l’égo revenait régulièrement sur le tapis.

 

Plus on lui parlait d’égo, puisque à peu près toutes les techniques d’amélioration de soi, parlent d’égo, plus Alexandre était aux prises avec l’égo et tentait de le gérer, lui qui ne s’en préoccupait pas avant de commencer à travailler sur lui.

 

Quand on ne connaît pas quelque chose ou vaguement et qu’on ne lui accorde pas plus d’importance qu’il ne faut, on ne s’en préoccupe pas. C’est normal.

 

Vous, avez-vous des problèmes avec votre égo?  D’après ma compréhension, l’égo, le mental et le hamster font bon ménage tous trois dans notre tête et prennent trop de place.

 

L’égo peut prendre beaucoup de place dans la vie d’une personne. Des tonnes de livres parlent d’égo. En thérapie, on parle d’égo.  Des personnes qui assistent à des ateliers parlent d’égo, même si la plupart de ces gens ne savent pas exactement ce qu’est l’égo et ne pourraient pas en donner une définition concrète.  On répète le mot égo comme en écho : égo, égo, égoooo!!

 

Pour être honnête, je n’en sais pas bien plus que vous au sujet de l’égo et peut-être moins que vous, mais qu’à cela ne tienne! Je continue et vous aller voir le lien que je fais avec les croyances. Ne désespérez pas!

 

Bref, plus Alexandre se préoccupait de l’égo et cherchait à le gérer, plus ça lui bouffait du temps dans sa journée.

 

Cependant, avec le temps, Alexandre a changé sa croyance au sujet de l’égo. Et si l’égo n’existait tout simplement pas? Il en est venu à croire que l’égo n’existait pas.  Si vous lui demandez aujourd’hui s’il croit à l’égo, il vous répondra que non.

 

Maintenant, ça va drôlement mieux (même très bien) pour Alexandre dans sa vie et, comme il l’a dit lui-même, il économise environ 7 heures par jour à faire autre chose que de gérer cet égo depuis que sa croyance au sujet de l’égo a changé.  Et au risque de me répéter, Alexandre est très compétent et obtient des résultats avec tout ce qu’il enseigne pour aider les gens à changer leur vie.  Et c’est ça qui compte!

En oubliant l’égo, on fait taire le verbiage mental en  plongeant dans son ressenti. Pourquoi pas?

La croyance en quelque chose tend à attirer à soi des expériences de vie en relation avec cette croyance, que cette croyance soit bonne ou non, que la chose ou le phénomène auxquels on croit existe ou non.

 

Croyances d’ici versus croyances d’ailleurs

 

À titre d’exemple, Alexandre a ajouté qu’il existe encore de nos jours des peuplades ou des tribus lointaines qui ne connaissent pas le manque de confiance en soi.  Le manque de confiance en soi n’existe tout simplement pas, pas plus que la confiance en soi.

 

Nous, dans nos sociétés industrielles, nous en parlons constamment et nous nous comparons constamment aux autres. Les membres de ces tribus ne se comparent pas entre eux et ne se sous-estiment pas par rapport aux autres.

 

Bien sûr, il y a des chefs et des dominants, d’autres membres plus soumis, mais ça n’a rien à voir avec la confiance en soi ou le manque de confiance en soi ou d’estime de soi.  C’est une question d’organisation et de coutumes chez ces peuplades.

 

Ces gens ne suivent pas d’ateliers d’amélioration de soi pour augmenter leur confiance en soi, pour gérer leur égo ou pour changer leurs croyances!  Ces peuplades ont néanmoins leurs croyances qui sont plus en lien avec la nature et qui n’ont donc rien à voir avec les nôtres parce que leur réalité est différente tout simplement.

 

En parlant de nature, dans la nature, il y a bien des roses fragiles et des arbres robustes.

Les roses se comparent-elles aux arbres pour autant?  Les roses ont-elles la croyance qu’elles sont plus faibles et moins utiles ou moins valables que les arbres?  Les arbres ont-ils la croyance qu’ils sont moins beaux que les roses?

 croyance-1

Certains diront que les roses et les arbres ne se posent pas ces questions, parce qu’ils n’ont pas de conscience.

Certes, mais nous, les humains, avec notre conscience, nous posons-nous ces questions au sujet des roses et des arbres?

Et si j’avais à répondre à cette question, je dirais à tout le moins que la rose n’aurait pas à avoir la croyance qu’elle est moins utile que l’arbre; elle aussi peut donner du bois!

croyance-2

Ici, dans nos peuples dits évolués, on nous parle d’égo, de confiance en soi et de manque de confiance en soi et de croyances, qu’elles soient limitantes ou non et on croit à tout ça!

On y croit, peut-être parce que nos sociétés sont conçues pour la compétitivité. Que le meilleur gagne! Fais ta place et travaille! Et cela fait naître toutes sortes de croyances auxquelles on s’accroche pour pouvoir fonctionner dans ce monde compétitif.

 

Et quand ça ne fonctionne pas pour nous dans notre société, on nous dit de changer nos croyances, en lisant des bouquins, en faisant des ateliers, en suivant des séminaires, en travaillant sur soi, en consultant un thérapeute, et j’en passe!

 

Si notre croyance est qu’il faut travailler sur nos croyances pour changer notre vie, il en va différemment dans les peuplades lointaines.

 

En fait, la croyance du chasseur dans la peuplade lointaine est que le chaman va pouvoir l’aider lorsqu’il ne trouve pas de gibier. Ici, cette croyance d’aller voir le chaman ne nous sert pas, car  la grande majorité d’entre nous ne chasse pas le gibier pour vivre!

 

Le chaman enseignera au chasseur que le problème du manque de gibier se trouve à l’intérieur du chasseur et non dans la forêt…

 

Là, on se rejoint.  Les croyances se trouvent à l’intérieur de la personne et modèlent son environnement qu’elle vive dans une société industrialisée ou non.

 

Tout à l’heure, j’ai dit … et j’en passe. C’est justement de cette façon que les croyances circulent d’une génération à l’autre.  Elles passent d’une génération à l’autre comme les gènes se transmettent des générations antérieures, des grands-parents et des parents aux enfants.

 

Mais ça vous le saviez. J’en suis certaine. Vous connaissez l’histoire que les croyances nous viennent de nos parents, de nos éducateurs et bla, bla, bla…Vous avez vu ça partout.

 

Cessez donc de transmettre à vos enfants et à ceux qui vous suivront des croyances qui les bloqueront dans leur vie comme :

 

L’argent ne pousse pas dans les arbres.

Il faut gagner son pain à la sueur de son front.

 

Et que font pour vivre ceux qui ne mangent pas de pain parce qu’ils sont allergiques au gluten?

 

Quant on est né pour un petit pain…

 

Encore la question du gluten…

 

Et tout à coup, les croyances, les superstitions, les traditions et les expressions populaires s’entremêlent…

 

Mets ton chapelet sur la corde à linge la veille de ton mariage si tu veux qu’il fasse beau.

Et s’il ne fait pas beau, on dira, pour se consoler : mariage pluvieux, mariage heureux!

Ne pas voir notre futur(e) conjoint(e) la veille du mariage…

Le vendredi 13 porte malheur, passer sous une échelle, les chats noirs, renverser du sel…

 

Croyances et superstitions.  De quoi écrire d’autres articles…

Et vous, que pensez-vous des croyances? Croyez-vous à l’égo? À une divinité? Croyez-vous être fait pour réussir? Les questions sont presque illimitées.

 

 

9 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Patricia

    Bonjour Colette,
    merci pour ta participation ! Comme d’habitude un article original, que j’ai eu plaisir à lire, j’avais l’impression que tu me parlais en face à face. Est-ce que je crois à l’égo, je n’en sais rien, c’est trop intello pour moi. Mais des croyances, je m’en trimbale bien-sur. J’adore l’idée de zapper ce qui nous enquiquine. Je vais essayer ça et je te dirais si ça marche pour moi.

    Super, et bon vent à ce nouveau blog !

    1. Spiritualité 101

      Bonjour Patricia,

      Je te remercie de m’avoir invitée! J’ai participé parce que c’est toi qui organisait cette Croisée des blogs… et merci pour ton compliment au sujet de l’originalité de mon article!

      C’est un nouveau blog pour moi et je tiens à avoir une touche d’originalité même si je n’ai rien inventé, surtout pas les croyances!

      Rassure-toi, j’en trimbale tout un lot, moi aussi! Alors essayons de les zapper toutes les deux. J’aime bien ton expression!

      Namasté!

      Colette

  2. Dorian

    Bonjour Colette,

    Excellent article, j’aime beaucoup. Le manque de confiance en soi n’existe pas en soi, c’est vrai. En revanche, l’égo existe et est une réalité. Avoir la croyance qu’il n’existe pas est certainement une solution qui permet de le faire taire à l’âge adulte. Mais l’égo a une vraie utilité pour l’enfant car il est en quelque sorte, pour le mental, comme les barrières sécurisantes qui empechent l’enfant de faire n’importe quoi. C’est ce qui lui permet de découvrir sans se mettre trop en danger. Mais quand on a pris l’habitude de s’appuyer sur les barrières, difficile de s’en défaire. Question d’habitude ? Certainement :)

    Bien amicalement,
    Dorian

    1. Spiritualité 101

      Bonjour Dorian,

      Je te souhaite la bienvenue sur ce blog!

      Tant mieux si le manque de confiance en soi n’existe pas! Certains d’entre nous faisons pourtant du travail pour avoir confiance en nous… une autre croyance, peut-être…

      Et il y a certaines barrières à briser… j’en conviens!

      Namasté!

      Colette

      1. Dorian

        BOnjour Colette,

        Merci, j’étais déjà passé plusieurs fois sans laisser de message 😉

        Oui, je fais partie de ces personnes car je reviens de loin sur ce sujet et le travail sur soi souvent nécessaire pour arriver à des conclusions très simples. La vie est facile est extrêmement plaisante et source d’enseignements si on s’autorise à la vivre ainsi.

        Bien amicalement,
        Dorian

        1. Spiritualité 101

          Coucou Dorian,

          Tu reviens de loin tout en étant jeune. Tu as commencé tôt à travailler sur toi et ça a bien fonctionné pour toi.

          Namasté!

          Colette

  3. hannah@techniqueTipi

    Bonjour Colette,
    C’est une très bonne nouvelle que l’égo n’existe pas.
    Par contre, comparer, trier, calculer évaluer est une
    des capacités de notre mental.
    Lorsque nous nous identifions à notre mental, c’est
    cela l’égo!

    1. Spiritualité 101

      Bonjour Hannah,

      Je te souhaite la bienvenue ici!

      En tout cas, que l’égo existe ou pas, ou qu’on y croit ou pas, qu’on s’y attarde ou pas, je suis bien contente d’avoir un mental qui peut faire tout ce que tu dis et même plus! Et en autant que je ne m’identifie pas à lui, et ça, c’est quand même un défi!

      Namasté!

      Colette

  4. sylviane

    Bonjour Colette

    Je ne sais pas si le manque de confiance en soi n’existe pas mais je l’ai rencontré des centaines et des centaines de fois chez mes clients et ergoter sur les mots ne fait pas avancer le schmilblick donc malheureusement ce manque de confiance en soi et d’estime de soi sont quant à moi les grands responsables de tous les maux de cette planète car l’orgueil est le résultat d’un manque de confiance en soi qui fait gonfler la poitrine de ceux qui en souffrent et cela est responsable de pratiquement tous les conflits de cette planète

    Je crois sincèrement que nous devrions avoir dès la maternelle des classes qui enseignent l’estime de soi ainsi le monde irait franchement beaucoup mieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *